Statistiques sur la criminalité 2014-2015

le .

Le rapport 2015 des tendances de la criminalité dans la Ville d'Ottawa et des chacun de ses quartiers brosse un tableau de l'activité policière durant la période allant du 1 er janvier au 31 décembre 2015, comparé à l'année précédente. Les statistiques (en anglais) incluent toutes les infractions fondées au Code criminel du Canada qui furent signalées à la Police d'Ottawa.

Parmi les points saillants du rapport, on compte :

  • Avec plus de 31 100 infractions au Code criminel signalées (sauf les délits de la route) dans la Ville d'Ottawa, le niveau de criminalité signalée a diminué de 1% au cours de la dernière année.
  • Le taux de résolution global des infractions criminelles (sauf les délits de la route) est demeuré constant, se chiffrant à 36% de tous les incidents classés par mise en accusation ou classés autrement.
  • Après avoir chuté de plus de 17% au cours des cinq dernières années, l'Indice global de gravité de la criminalité (IGC) connut une hausse de 3% en 2015 à Ottawa. L'ICG des crimes violents augmenta de 7%, se hissant à 48,8, tandis que l'ICG des crimes sans violence monta de 2%, se chiffrant à 42,2.
  • En 2015, le niveau des crimes violents connut une baisse de 1%; cependant, la gravité globale des crimes violents augmenta de 7%, induite par un plus grand nombre de tentatives de meurtre, de vols qualifiés, de voies de fait, de viols et d'enlèvements. Le taux de résolution des délits violents connut une hausse d'un pourcent pour atteindre 56%.
  • Il y eut 7 homicides l'an dernier, qui furent tous résolus. Deux affaires historiques furent également élucidées durant l'année, ce qui permit d'en arriver à un taux de résolution de 129%.
  • Le taux des crimes sans violence diminua également de 1%, la conséquence d'un moindre nombre de cas d'incendie criminel, de méfait et de vol de moins de 5000$. Le taux de résolution des délits sans violence connut une baisse de moins d'un pourcent, se chiffrant à 32%.
  • Le nombre d'appels reçus et répartis par le SPO connut une baisse de 2%, pour un total de 334 500. Cette diminution fut induite par un moindre nombre d'appels suivis d'une intervention alternative. Le nombre d'appels d'intervention mobile, soit ceux nécessitant une présence policière sur les lieux, demeura constant à 246 300.