Un projet de condominiums dans le Glebe suscite des critiques

le .

Le projet d'édifice en copropriété, rue Bank. Photo : Courtoisie

Un projet résidentiel de Minto Properties à Ottawa a provoqué des inquiétudes chez certains commerçants et résidents, mardi soir, alors qu'il a été présenté au public.

Le promoteur souhaite construire un édifice en copropriété de huit étages pour remplacer le bâtiment commercial de deux étages à l’angle de la rue Bank et de la 5e avenue, dans le quartier Glebe.

Minto Properties entend toutefois préserver la façade à valeur patrimoniale située le long de la rue Bank, en y conservant les deux étages. Cependant, les commerces situés à l’arrière du complexe – incluant un pub et un centre d’entraînement – devront quitter les lieux.

La situation inquiète James Rigby, copropriétaire du centre Dailey Method, qui vient tout juste de rénover ses locaux. « Nous pensions avoir 5 à 10 ans pour récupérer notre investissement », souligne-t-il.

Pour Jamie Smith, un résident du Glebe qui a pris la parole lors de la présentation, ces commerces font partie du caractère de son quartier.

La cour intérieure montrée du doigt

Kevin Harper, directeur du développement chez Minto, a expliqué que le coût de la cour intérieure de l'édifice actuel ainsi que la faible performance des loyers des locaux situés à l’arrière est une « occasion ratée » pour le promoteur. « C’est une des raisons pour laquelle cette propriété ne performe pas autant qu’elle le devrait », estime-t-il.

Le promoteur se dit prêt à aider les commerces qui devront être déplacés à trouver de nouveaux locaux.

La cour intérieure de l'édifice représente une « occasion ratée » pour Minto. Photo : Radio-Canada/CBC/Matthew Kupfer

Une hauteur qui dérange

Par ailleurs, des résidents qui ont pris part à la rencontre se sont montrés inquiets de la demande de dérogation pour permettre la construction d’un édifice en hauteur, au-delà des quatre étages permis dans le secteur.

Carolyn Mackenzie, présidente de l’Association de la communauté du Glebe, a notamment remis en question la pertinence de construire un bâtiment de huit étages.

Le conseiller du secteur, David Chernushenko, s’est aussi montré préoccupé par la hauteur proposée. Son prédécesseur, l’ex-conseiller du quartier Capitale Clive Doucet, a pris la parole pour dire qu’il allait demander une enquête publique pour savoir pourquoi la Ville d’Ottawa pourrait déroger à ses propres règles.

Si le projet est entériné par le conseil municipal, la construction du nouvel édifice pourrait commencer dès l’été 2019.